Tout savoir sur le crédit sans justificatif

Le prêt bancaire est souvent fondé sur la confiance entre le créancier et le débiteur. Pour cela, il faut que l’organisme prêteur demande des justificatifs qui prouvent la sincérité de l’emprunteur. En effet, le mot « justificatif » s’invite fréquemment dans le débat lorsqu’on parle de crédit. Il s’agit d’un document que la banque réclame pour certains types de prêt. Dans la majorité des cas, ce dernier se présente comme une source d’information vis-à-vis du revenu du demandeur et de l’utilisation du montant demandé.

En outre, il existe une offre de crédit sans justificatif dans plusieurs organismes financiers. C’est une formule d’emprunt semblable à celle du prêt personnel. Ainsi, le créancier ne demande pas de justificatif de salaire ou d’acquisition, ni d’apport personnel. En gros, c’est un emprunt qui n’est pas affecté à un achat précis. On peut utiliser librement le montant d’argent emprunté.

Fonctionnement du prêt sans justificatif

Comme dans tous les crédits, les créanciers effectueront des procédures légales dans cette forme d’emprunt. Dans un premier temps, la banque va s’assurer que le débiteur ne soit pas un interdit bancaire, qui se trouve fiché à la Banque de France. Par ailleurs, il faut savoir que certains établissements financiers demandent des garanties pour un crédit sans justificatif. Effectivement, il est question d’un déblocage de fonds risqué. Pour le demandeur, le taux d’intérêt risque d’être salé.

Crédit sans justificatif de salaire

Celui-ci se résume à faire un crédit sans divulguer à la banque combien on gagne par mois. Or, le créancier élabore souvent le montant empruntable en fonction du salaire de l’emprunteur. Pour cette raison, il est préférable d’avoir une excellente capacité d’épargne. De plus, la banque vérifie la nature de votre emploi, et pourrait solliciter une déclaration annuelle des revenus. Bref, le créancier exige toujours le minimum de garantie avant d’octroyer ce type de prêt.